Les danses mimées chez John Playford et ses successeursMime dances published by John Playford and his successors

On considère d’ordinaire que les danses éditées par John Playford incluant un élément de mime ou des baisers sont de facture ancienne, et comme il est de fait qu’on en trouve un certain nombre dans les quatre premières éditions du « Dancing Master », il est tentant de les rapprocher des branles morgués de la Renaissance décrits par T. Arbeau, comme par exemple le branle des chevaux, le branle des lavandières, le branle des sabots, le branle des Ermites et le branle de Malte.
Among the dances published by John Playford, those including elements of mime are usually thought to be older than the others. Since some are to be found in the first four editions of the « Dancing Master », one is tempted to compare them to Renaissance “branles morgués” described ty T. Arbeau, for instance the Horses Branle, the Washerwomen one, the Hooves, the Hermits’, and the Malta “branle”.


Comparez ces branles aux danses ci-dessous dont la liste n’est pas exhaustive :
« Bobbing Joe » / 1ère édition, où les danseurs claquent des doigts : « The first two men snap their fingers and change places ».
« Mundesse » / 1ère édition, où les danseurs se prennent dans leurs bras « all embrasse ».
« Paul’s Steeple » / 1ère édition, où l’homme actif embrasse la main et le visage de ses partenaires : « Kiss the second woman hand then your own… kiss the second woman then your own ».
« Petticoat Wag » où les danseurs jouent à cache-cache « peep twice at each other ».
« An Old Man is a Bed Full of Bone » et « Kemp’s Jig » / 1ère édition où l’homme actif fait tourner sa dame sous son bras avant de l’embrasser « This as before holding your woman by one hand and let turne under your arm and kisses ».
« Sweet Kate » / 4ème edition, danse déjà citée dans la brochure accompagnant le CD « Sugar and Spice » où les danseurs font un mouvement d’enroulement avec leurs mains avant de brandir un doigt : « wind your hands and hold up your finger, wind your hands again and hold up another finger of the other hand ».
« Catching of Quails » / 4ème edition, où les hommes secouent la main de leur partenaire et leur marchent sur le pied : “take his own woman by the hand and shake it 3 times… put his toe to his woman 3 times”.
« The Maid in the Moon » / 4ème édition, où la danse est conçue pour que les trois hommes embrassent toutes les femmes.
Cependant « My lord Byron’s Maggot » appartient à une période bien postérieure aux danses citées plus haut et il faut croire qu’on n’était toujours pas las des danses mimées. Cette danse propose un jeu malicieux avec le contre-partenaire.
Encore n’est-il pas trop engageant si je m’en réfère à l’investissement demandé dans « The Old Maid in Tears » qui sera publiée dans les dernières éditions du « Dancing Master » conduites par J. Young (1718-1728). Jugez plutôt : au cours de cette danse, on vous demandera de vous coiffer d’un foulard, de pointer du doigt et de sourire, de vous sécher les yeux et de paraître surpris. Un vrai ballet d’action miniature avant la lettre !!

Illustrations/ Documents :
Partition originale de The Old Maid in Tears
Orchésographie : description du Branle de Malte
Orchésographie : description du Branle de Malte (suite).

They can be compared to the dances listed below (the list could be longer) :

« Bobbing Joe » / 1st edition, including finger-snapping : « The first two men snap their fingers and change places ».

« Mundesse » / 1st edition, where the dancers hug each other: « all embrasse ».

« Paul’s Steeple » / 1st edition, in which the active man kisses his partners’ hands and cheeks   « Kiss the second woman hand then your own… kiss the second woman then your own ».

« Petticoat Wag » including a peep-bo game: «  peep twice at each other ».

« An Old Man is a Bed Full of Bone » and « Kemp’s Jig » / 1st edition where the active man has his partner turn under his arm before kissing her: « This as before holding your woman by one hand and land turne under your arm and kisses ».

« Sweet Kate » / 4th   edition, already quoted in the booklet for the « Sugar and Spice » CD, with hand and finger movements : « wind your hands and hold up your finger, wind your hands again and hold up another finger of the other hand ».

« Catching of Quails » / 4th  edition, in which the men shake their partner’s hand and step on their toes : “take his own woman by the hand and shake it 3 times… put his toe to his woman 3 times”.

« The Maid in the Moon » / 4th  edition, a dance built up so that the three men kiss all the women.

However « My lord Byron’s Maggot » is a much later dance than those on the above list; it seems dancers had not tired of mime dances. It calls for a bit of bantering with the counter-partner.

It doesn’t ask for much action, compared to « The Old Maid in Tears » published in one of the last editions of the « Dancing Master »by J. Young (1718-1728). See for yourself: during the dance you’ll be asked to don a headscarf, point and smile, dry your tears and look surprised. A miniature action ballet before its time!

You must be logged in to post a comment.

Social Media Widget Powered by Acurax Web Development Company
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Youtube