Le Roy Mon Cousin

Affiche reduite5

Le spectacle est complet.

Merci de relayer ces informations à vos amis pour qui vous avez réservé : le studio Le Regard du Cygne est situé au 210 rue de Belleville dans le 20ème arrondissement de Paris (M° Télégraphe ligne 11 descendre la rue de Belleville sur le trottoir de gauche vers le centre de Paris).

Appuyer sur le bouton de l’interphone « le Regard du Cygne », on vous ouvrira. N.B.Merci de rester discret dans la cour.  

Les 3 représentations (vendredi 31 janvier, samedi 1er et dimanche 2 février) sont à 19h. Ouverture de l’accueil à 18h30. Le spectacle, animation de danse comprise, se terminera à 21h15.

Renseignements : 01 45 70 83 94


Agrandir le plan

Première partie du spectacle : « Journal dansé de Samuel Pepys » par la compagnie Chestnut : sous le règne de Charles II, un témoin de son temps 

En 1669, Samuel Pepys relit son journal, devant nous, et nous invite au cœur de sa vie quotidienne.
 Samuel Pepys est un londonien qui a tenu son journal pendant un peu plus de neuf ans à partir de 1660, l’année où la royauté est restaurée en Angleterre. Lorsqu’il écrit ses premières pages, il a vingt-sept ans et c’est un obscur employé de bureau. Devenu le principal administrateur de la Marine royale, c’est un homme riche et considéré qui interrompt sa chronique en mai 1669. Le journal de Samuel Pepys est la chronique, d’abord euphorique puis désenchantée, de l’ascension sociale d’un homme de la Restauration Anglaise qui nous admet dans son intimité, tout en nous donnant de précieuses indications sur les transformations de la société dans laquelle il vit et sur l’histoire politique et culturelle de son temps.

Deuxième partie du spectacle : « Turquerie à la Française » par la compagnie Fantaisies Baroques :  l’affront au Roi Soleil  

Logo Fantaisies Baroques

Récit de la visite de Soliman Aga, émissaire de Mehmed IV, sultan de l’Empire ottoman, auprès du Roi Louis XIV, en novembre 1669. Croyant avoir affaire à l’ambassadeur du Grand Turc, Louis XIV fait preuve d’une débordante démonstration de ses richesses pour impressionner son hôte. Soliman Aga surpris par tant de cérémonie ne manifeste pas son admiration au roi des Français. Celui-ci blessé par tant d’indifférence commande une Comédie-Ballet au célèbre duo Lully-Molière pour se venger de l’affront subi. Cette comédie-ballet, intitulée «Le Bourgeois Gentilhomme», est jouée pour la première fois le 14 octobre 1670 à Chambord.

La revanche du roi

Ce ballet s’appuie sur les Mémoires du Chevalier Laurent d’Arvieux qui relate, de façon détaillée, l’audience que donna Louis XIV à Soliman Aga.L’intention est de voyager à travers ces cours de Turquie et de France, telles qu’on les imagine au XVIIe siècle, avec une pointe d’humour, de fantaisies baroques et un clin d’oeil à la célèbre cérémonie turque du Bourgeois Gentilhomme.

Animated Social Media Icons by Acurax Responsive Web Designing Company
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Youtube